Espace de poésie




https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/169383/artimage_169383_3197703_201102023716810.jpg


https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/169383/artimage_169383_1340369_20100418590580.jpeg
 

                                                           

          Dans cette belle ville de Saint Malo                             

 

 

                                  

                              

 

 

       Souvent,pour s'amuser,les hommes d'équipage

       Prennent des albatros,vastes oiseaux des mers,

       Qui suivent,indolents,compagnons de voyage,

       Le navire glissant sur les gouffres amers.

 

       A peine les ont-ils déposés sur les planches,

       Que ces rois de l'azur,maladroits et honteux,

       Laissent piteusement leurs grandes ailes blanches

       Comme des avirons traîner à coté d'eux.

 

       Ce voyageur ailé,comme il est gauche et veule!

       Lui naguére si beau,qu'il est comique et laid!

       L'un agace son bec avec un brûle-gueule,

       L 'autre mime,en boitant l'infirme qui volait!

 

       Le Poéte est semblable au prince des nuées

       Qui hante la tempête et se rit de l'archer;

       Exilé sur le sol au milieu des huées,

       Ses ailes de géant l'empêchent de marcher.

 

       Ch Baudelaire - L' Albatros- Les Fleurs du Mal.

 

                        

 


      


                     

              VIVE  L Automne

                     



 

                 https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/169383/artfichier_169383_1224716_201209193723950.jpg

 

          

                     

                      

 

 

        
       

                                       

 


         

 

                  

 

 

 https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/169383/artimage_169383_908330_201004121136346.jpeg

 

 

                

 

 

 

 

 

 

 

     

 

         

                         https://www.blog4ever-fichiers.com/2008/01/169383/artimage_169383_908429_201004134355313.jpeg

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                 

               

 

 

             

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

  

 

 

 

 

 

  

 

             

             Mon amie la muse est ce soir chez moi,

             Tout prés de moi, la voilà qui s'asseoit
             Elle me stimule en me tirant par le bras
             Me forçant à écrire des mots maladroits..

             Parfois je sens qu'elle m'inspire une

              rime
             Dans le silence de ce  tête-à-tête intime.
             Pour que vienne subitement un vers limpide
             Elle prend même alors ma plume timide            
               
             Ma Muse m'oblige aprés ces tâtonnements
             A écrire toujours plus de mots confiants
             Des mots de ferveur ou des mots posés
             Disant le ressenti d'émotions et pensées.

             Nise
       .

                          

                    

 

 

                   

 

 

 

                     

 

                                   

                                  

             

 

 

            

 

            


Plus d'images sur gifsadoudou.centerblog.net.